Sur un canal un aviron se démène

Publié le par Fried

Régates Rémoises

Régates Rémoises

Plonge la rame,
Tire, étire, coulisse.
Sur le canal, comme une lame
de surface, l'aviron s’en va et glisse.

D'un lent mouvement au fil de l'eau
La rumeur de brume s'étend si tôt.
Le rameur leste aux longs gestes
de clapotis, équilibre son bateau.

L'éternel va et vient de cadence le relance.
Son corps de muscles et de sueur
s'est libéré et fait battre son coeur.
Il terminera sa course, les sens en résilience.

Plonge la rame,
Tire, étire, coulisse.
Sur le canal, comme une lame
de surface, l'aviron s’en va et glisse.

L'onde se déride au passage du skiff,
au port Colbert, une péniche s'amarre.
Des vapeurs de vase se mêlent aux brouillards.
L'aviron s'amenuise et s'esquisse esquif.

Publié dans Poésie, Photo

Commenter cet article